top of page
Rechercher

Quel type de coach souhaitez-vous être (suite) ?


Le métier de coach est multiple, varié, riche, ... et l'image véhiculé par ce titre est très variable selon qu'on soit un coach sportif, un coach de performance, un business coach ou executive coach, ou encore coach du bien-être, coach de vie, coach spirituel, ...


Et vous, comment souhaitez-vous entrer dans ce métier, ou quel type de coach cherchez-vous ?


 

Comment cela se passe-t-il ?

Dans le post précédent, nous avons posé les bases de ce qu'est le coaching, tout du moins une proposition de définition et de pratique.

Comment le coach accompagne-t-il son client ? Ce peut être en direct, en différé, en présentiel, à distance, en individuel ou en groupe, etc.


Individuel vs organisation

La première distinction dans le métier de coach est de regrouper les professionnels en deux familles : ceux qui travaillent en individuel (coach de vie, life-coach, coach du bien-être, ...) et ceux qui travaillent avec des organisation (business coach, executive coach, ...). Si je me permet une description un peu caricaturale des ces deux aspects de ce métier, je dirai la chose suivante.


Les coachs en organisation sont soumis à un formalisme fort avec leur client et le commanditaire. Ils s'appuient bien souvent sur des outils reconnus, et démontrent leur valeur ajoutée avec des indicateurs. Quelques uns, confirmés, abordent avec leur client des aspects plus personnels, avec précautions.

Les coachs en individuel s'intéressent généralement plus aux aspects humains qui se cachent derrière l'objectif de coaching annoncé initialement. Ils sont souvent proches de techniques thérapeutiques.

Et heureusement, tout existe, et cette description reste imparfaite, incomplète mais donne une première image de mondes différents, et j'aime à lier cela à la fameuse règle d'intervention décrite par François Souweine et François Delivré.


En direct vs en différé

En tant que coach, vous pouvez accompagner votre client en l'accompagnant dans son activité, en étant avec lui, en le suivant au cours de ses réunions, de ses entretiens, par exemple dans un but d'optimisation dans la gestion de son temps.

Ceci est différent d'un accompagnement lors duquel le client relate une situation et cherche avec l'aide de son coach sa solution.


J'ai pu expérimenter l'aspect intrusif de cet accompagnement de proximité lorsque le Directeur auquel j'étais attaché a été ainsi accompagné. Ceci n'est pas vraiment lié au coach ou à son client mais c'est un effet induit par ce type de pratique. Il est donc intéressant de prendre cela en compte, mais cela ne retire rien à l'intérêt que cela présente pour un certain nombre d'objectifs.


En présentiel vs à distance

Je n'insisterai pas sur tous les aspects pratiques de temps et de cout liés à un accompagnement à distance, ni sur l'intérêt que présente un accompagnement en présentiel, dans le champ de son client, avec la lecture de tous les messages non verbaux.

L'accompagnement à distance n'est pas une perte pour le coach. En effet, les messages non verbaux restent présents, différents, et les informations méta restent aussi nombreuses et variées. Par exemple, un client ne peut pas justifier de son retard par une mauvaise circulation, un accident, ... mais par une réunion qui prend du retard. Aurait-il pu quitter cette réunion ? Qu'est-ce qui est prioritaire pour lui entre la réunion et la séance de coaching ?


La pratique à distance utilise la vidéo ou non.

Pour ma part, j'aime l'accompagnement à distance sans vidéo. Pourquoi ?

Tout d'abord, l'attention du client ne se porte pas sur l'image qu'il donne à l'écran.

Ni le client, ni le coach ne projette sur l'apparence de l'autre.

L'écoute du coach est plus fine, car non perturbée par le visuel, car il lui est même possible de fermer les yeux pour mieux capter toutes les subtilités dans la voix de son client. Le son apporte de multiples informations que nous ne captons pas lorsque nous sommes en présentiel ou avec la vidéo.

Cette attention dans l'écoute permet au coach de réellement se mettre en résonance avec son client, et d'entrer dans la troisième écoute évoquée par Vincent Lenhardt.


En individuel vs en groupe

L'accompagnement en individuel permet d'aborder avec son client une dimension beaucoup plus personnelle, voire intime, ou encore spirituelle. Ceci est beaucoup plus rare et difficile lors de l'accompagnement d'un groupe. Ce peut-être le cas par exemple lors de l'accompagnement d'un cercle d'hommes ou d'un cercle de femmes.


Il s'agit là du cadre de la pratique du coach et des sujets vers lesquels il souhaite accompagner ses clients, et il n'y a pas de sens à comparer ces deux pratiques.


Coaching bref vs coaching dans la durée

Selon l'objectif du client la durée du coaching peut varier. Certains clients posent des objectifs court terme et sont engagés fortement dans leur processus, auquel cas, le coaching peut se réaliser durant un nombre très limité de séances. D'autres ont posé un objectif plus complexe, qui nécessite un travail de recherche, ou qui demande une évolution intérieure qui se déroule avec le temps, et l'accompagnement peut durer plusieurs mois.

Il est difficile d'estimer le temps de cet accompagnement, d'autant plus lorsque le coach entre dans le rythme de son client. La première séance de prise de contact ne permet souvent pas d'estimer à quel rythme le client va avancer, s'il va s'engager fortement ou non dans son travail, s'il va rencontrer des obstacles qui le conduisent vers la démission, etc.


A ces éléments, il faut prendre en compte que certains clients ont de multiples objectifs court terme, et l'accompagnement s'étend sur une durée qui peut être de plusieurs années, en travaillant sur un objectif puis un autre.


Volontaire vs prescrit

Le postulat de base est qu'il n'existe pas selon moi de mauvais client. Je ne considère pas qu'il faut coacher les leaders, et non les loosers. Qu'un coaching soit volontaire ou prescrit ne doit pas changer la façon dont le coach aborde son client.

Nous devrions d'ailleurs distinguer le coaching volontaire d'un salarié qui bénéficie de la décision de son entreprise de celui d'un particulier qui paie l'intégralité de cet accompagnement, non remboursé par une quelconque organisation.


Le coaching prescrit devient difficile lorsque le client se sent menacé, ne voit pas l'intérêt de cet accompagnement, aurait préféré un autre coach, ou autre chose, ... et il appartient donc au coach de créer la relation (l'alliance) sur une base aussi saine que possible.

Mon expérience m'a montré de nombreuses fois qu'un client qui n'a rien demandé au départ, et qui se retrouve engagé dans son processus de coaching vers son résultat peut être le meilleur des client rapidement. La transformation est toujours merveilleuse et source de motivation pour le coach.



Qui êtes-vous ?

La question est donc non pas Quel type de coach voulez-vous être ?, mais Qui êtes-vous ?

Selon qui vous êtes, vous pouvez identifier quel type de métier vous attire, quel type de client, quel type de situation, comment vous aimeriez pratiquer, ...


Au final, le métier que vous allez construire, ou celui que vous pratiquez déjà, est à votre image si vous vous épanouissez dedans.

J'espère que ces quelques descriptions vous aiderons à vous orienter, ou à reconsidérer votre activité, en sachant qu'à un moment donné, il est intéressant d'exercer une activité qui nous plait et nous permet d'évoluer dans l'enthousiasme, la sérénité, au service de nos clients.


 

La vie de l'Institut de coaching Goodborn


Nos actualités :

  • Prochain ateliers Master Class le 16 février pour se libérer des situations difficiles récurrentes

  • Prochaine rencontre Coach Club le 9 février

  • Prochaine promotion pour la formation de coach en France : mars 2024


Nos activités : retrouvez-les sur notre site goodborn.net

  • Séances de coaching en individuel, à distance

  • Ateliers Master Class à thème : le programme sur l'année 2024 est disponible

  • Formation de coach

  • Supervision d'accompagnants


Nos publications :

  • "Manager de la bienveillance", un livre qui donne des pistes pour chacun sur la base de connaissance systémiques, sur un art du dialogue et sur la qualification de la maturité émotionnelle.

  • "59 histoires pour les coachs", un livre qui regroupe des histoires à lire ou écouter à différents niveaux...

  • "Manuel de coaching spirituel", un livre qui donne les outils de coaching dans un état d'esprit de partage, de non-violence et d'accompagnement au meilleur niveau possible.

 


Portez-vous bien, et si vous souhaitez plus d'informations, je serai heureux de vous renseigner, et par cette occasion de faire votre connaissance, ou de vous retrouver si nous nous connaissons déjà dans cette vie.


Alan







26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2 Post
bottom of page